mare & martin

Retour à la collection
One Hundred Hearts - André Kneib

One Hundred Hearts - André Kneib

Cent cœurs

Auteurs : Jean-Charles Agboton-Jumeau, Stephen J. Goldberg, Lao Zhu

Cet ouvrage est issu de l’exposition Writing/Non-Writing qui s’est tenue en mai 2015 au Museum of Contemporary Art – China Academy of Art de Hangzhou. L’artiste français André Kneib y dévoilait pour la première fois une série de cent calligraphies à l’effigie exclusive du sinogramme du     « cœur »

(心). Ces œuvres se distinguent par leur chromatisme inédit et l’usage de l’acrylique, rompant ainsi avec l’emploi traditionnel de l’encre de Chine en matière calligraphique.

 

D’après l’historien de l’art et sinologue Stephen J. Goldberg, André Kneib est parvenu, avec cette œuvre, à trouver sa propre voix (et sa voie). Outre que l’artiste joue sur les différents sens du caractère « cœur » qui signifie également « pensée, intention, volition, esprit, organe de l’intellection… », il compromet la dualité invétérée qui oppose l’art occidental à l’art traditionnel chinois.

 

En Occident en effet, l’accent est mis sur les relations spatiales et la couleur ; en Extrême-Orient, le mouvement du corps et l’expression gestuelle sont prépondérants, tant en matière de calligraphie que de peinture. Les Cent cœurs fusionnent précisément la dimension temporelle de la calligraphie et la structuration spatiale de l’image picturale : l’inscription de chacun des sinogrammes s’articule à l’espace environnant et l’intègre dans sa formation. La couleur dès lors, devient gestuelle et l’expression gestuelle, couleur. C’est ainsi que la pureté, l’intensité et la saturation des couleurs se conjuguent à la force « configurante », formelle et expressive du pinceau. La dimension sérielle des Cent cœurs est une autre contribution d’André Kneib à la calligraphie chinoise ; elle atteste à quel point l’artiste reste ouvert à l’expérimentation artistique et disposé à prendre des risques.