mare & martin

Retour à la collection
L'opposition doctrinale

L'opposition doctrinale

Sous la direction de : Charles-Edouard Aubert, Lauren Bakir

« Débat », « controverse » ou « dispute » doctrinale, la terminologie pour qualifier la doctrine est fluctuante, multiple, voire incertaine. Évoquer « l’opposition » doctrinale, c’est délibérément n’envisager qu’une facette de la doctrine, celle de sa relation négative avec l’objet juridique qu’elle considère. En effet, l’opposition semble mettre en lumière ce que la doctrine est en mesure d’apporter à la science juridique : une véritable source auxiliaire du droit. Ainsi, l’opposition, entendue comme opinion (doxa) contraire, laisse entrevoir, pour la doctrine, la recherche de sa finalité : ses effets et ses conséquences sur le droit applicable. Le rapport d’opposition peut, par ailleurs, se manifester dans le cadre d’une approche « externaliste », c’est-à-dire par des discours qui prétendent porter un regard extérieur sur le droit. Il s’agit ici de la critique du droit par les autres sciences, telles que l’économie, la psychologie, l’anthropologie ou encore les neurosciences.