mare & martin

Retour à la collection
La complémentarité des sexes en droit de la famille

La complémentarité des sexes en droit de la famille

La réalité est que le genre humain est duel, féminin et masculin. La réciprocité est inhérente à la complémentarité de l’homme et de la femme qui découle de la distinction même des sexes. Face aux évolutions du droit faisant émerger des concepts nouveaux de « genre indifférencié » ou d’ « identité de genre » fondés sur la remise en cause de la différence des sexes dans les modèles familiaux, le Centre de recherche sur le couple et l’enfant, laboratoire du CEJESCO, a organisé, à l’Université de Reims (URCA), un colloque international sur le sujet. Les travaux qui conduisirent à la loi française du 17 mai 2013 n’avaient pas alors été amorcés, mais cette journée de conférences eut lieu pendant les débats parlementaires, ce qui accroît la portée de la réflexion menée. Le défi relevé fut de penser ensemble la différence des sexes et l’égalité de chacun d’eux au regard des liens primaires d’alliance et de parenté. La question a été creusée sous différents angles : aussi bien celui de l’identité sexuée et du couple sexué, comportant une analyse de la nouvelle loi ayant ouvert le mariage et l’adoption aux couples de personnes de même sexe, que celui des familles recomposées, des filiations sexuellement exclusives, des conventions de gestation pour le compte d’autrui, de l’assistance à la procréation ou, encore, de l’allaitement, de l’éloignement des père et mère du fait de l’incarcération, des droits de l’enfant et, enfin, de la résidence alternée. D’éminents spécialistes y ont contribué : Catherine Labrusse-Riou, Jean Hauser, Alain Sériaux, Frédérique Granet-Lambrechts, Daniel Fasquelle, Martine Herzog-Evans, Jean-Dominique Sarcelet, Nathalie Baillon-Wirtz, Caroline André, Adélaïde Kadiyogo, ainsi que des intervenants venus d’Espagne, du Luxembourg et de Guinée : Carmen Làzaro Palau, Jordane Segura, Sekou Koita.